Thérapie oligo-catalytique

OLIGO-ÉLÉMENTS

Si le rôle des oligo-éléments peu être exactement fixé dans un certain nombre de cas, comme par exemple dans les phénomènes d’oxydation intracellulaire, c’est également vrai que leur mécanisme d’action, dans autres cas, n’est pas encore complètement approfondi: ils sont impliquées dans variés molécules organiques et ils intervienn...

OLIGO-ÉLÉMENTS

Si le rôle des oligo-éléments peu être exactement fixé dans un certain nombre de cas, comme par exemple dans les phénomènes d’oxydation intracellulaire, c’est également vrai que leur mécanisme d’action, dans autres cas, n’est pas encore complètement approfondi: ils sont impliquées dans variés molécules organiques et ils interviennent dans plusieurs réactions. 

La matérialité de leur action est si évident, que elle nous a permis d’établir les bases d’une thérapeutique particuliere, capable d’objectiver un nouveau médicament et une nouvelle pathologie  du caractère essentiellement fonctionnel. 

La première préparation oligo-catalytique 

italienne destinés pour la médecine humaine et animale a été réalisée dans nos laboratoires spécialisés dans ce nouveau secteur. Ils sont largement prescrits aujourd’hui sous le nom de OLIGOL, synonyme d’un ensemble de garanties que nous énumérons de suite. 

QU’EST-CE QUE C’EST UN OLIGOL? 

Il s’agit d’un soluté qui comprend un ou plusieurs «éléments traces» et une «forme catalytique», qui caractérise OLIGOL et assure leur efficacité thérapeutique. 

Tous les oligo-éléments ne sont pas obligatoirement doté d’une puissances catalytique. La présence de traces du “poison de la catalyse”, ou sa concentration anormale peut être les raisons que peuvent enlever toute leur activité. 

Malgré la relative ancienneté de la découverte des concepts de  la catalyse et des oligo-elements, c’est seulement beaucoup plus tard que nous avons pu utiliser les possibilités thérapeutiques ouvertes par cette voie. Les difficultés de réalisation des préparations stables et actives ont compliquées longues recherches avant d’obtenir la forme stable qui caractérise  les OLIGOL. 

VÉRIFICATION EN BIOLOGIE VEGETALE 

Raulin, Pasteur, Bertrand, Javillier ... pour ne citer que les principaux, ont mis en évidence l’influence considérable des traces des métaux sur le développement des micro-organismes. 

Ainsi, par exemple, en absence totale de manganèse dans quelques cultures quelqus moisis  (Sterigmatocystis Nigra) ne peuvent pas se développer. Une concentration de 10 en permet le développement, mais pas la reproduction. 

Avec 10 applications on obtient les premières conidies jaunes, mais il faut arriver à une quantité de 10 pour obtenir la formation des conidies noirs, les uniques reproducteurs de l’espèces. L’augmentation progressive de la concentration en favorise la croissance jusqu’à un certain valeur au delà de laquelle on observe une réduction de l’effet. 

Cependant, au-delà d’une certaine concentration critique, un oligo-élément peut se manifester avec des effets inhibiteurs défavorables, ou même avec une action opposée à celle qui se présentait avec une faible concentration. 

Nombreuses études effectuées dans tout le monde ont confirmé le rôle essentiel de certains minéraux, généralement présents dans l’état de traces dans les tissus vivants: les oligo-éléments. 

COMMENT PEUT-IL AGIR 

UN OLIGO-ÉLÉMENT? 

Tous les organismes vivants ont besoin, pour accomplir leurs différentes tâches, de la présence des métaux, la plupart du temps dans l’état de traces.

Les ions métalliques tels que le cuivre, le cobalt, le zinc et le magnésium existent au sein des cellules vivantes sous la forme de complexes biologiques stables, alors que le sodium, le potassium, les cations plus mobiles, jouant un rôle dans la conduction nerveuse, et le magnésium dans la provocation de la contraction des muscles. 

Quelle que soit leur fonction physiologique, les ions adeptes de métal suivent, dans l’organisme, le même processus métabolique de l’oxygène, c’est-a-dire l’accumulation et le transport de protéines sous la forme de métaux: myoglobine et hémoglobine pour l’oxygène, céruléoplasmine pour le cuivre, enzymes de la vitamine B pour le cobalt, triphosphatase et l’énolase pour le magnésium et la  manganèse. 

Dans tous ces cas, le métal représente le centre actif de l’enzyme et l’activité augmente avec la concentration comme cofacteur, mais selon une courbe hyperbolique: lorsque la concentration du cofacteur est faible et inférieur à une certaine seuil, la concentration du complexe actif, enzyome- cofacteur est faible et change proportionnellement; lorsque la concentration du co-facteur est au-dessus du seuil, chaque enzyme est associé au cofacteur. L’activité est maximale et elle ne varie plus (loi de Michaelis Henry). 

La force catalytique d’un ion est donc lié à son pouvoir de former des complexes avec certains  protéines qui, en son absence, ne constituent que un’apoenzyme ou substrat inactive de l’enzyme. 

THÉRAPIE OLIGO-CATALYTIQUE 

DOMAINES D’ACTION ET USAGES

La thérapie oligo-catalytique s’adresse principalement aux états diathésiques, c’est à dire à la phase réversible qui précède ou qui suit l’apparition de troubles organiques caractéristiques. 

L’apparition des lésions histologiques ou de désordre métabolique grave, la thérapie oligo-catalytique ne peut être que un facteur contributif (parfois très précieux) entre les méthodes classiques. 

LES FAIBLES DOSES UTILISEES DANS LA THERAPIE DE RÉGULATION AU MOYEN DES OLIGO-ELEMENTS ONT PARFOIS FAIT CROIRE QU’IL S’AGISSAIT D’UNE VARIANTE DE L’HOMÉOPATHIE. 

Cela n’est pas vrai, parce que: 

•allopathie fournit à l’organisme, à doses relativement fortes, les éléments qui lui manquent ou ceux qui lui permettent de combattre les symptômes avec des processus exemple. 

•l’homéopathie, fondée sur la loi des semblables, sollicite les réponses de l’organisme avec une stimulation spécifique, en utilisant des doses infinitésimales (de l’ordre de 10 en général) 

Alors que: 

La thérapie oligo-catalytque est un thérapie avec intention étiologique: l’introduction du catalyseur, avec une concentration d’une certaine gamme en millilitre et à l’état d’ions, est suffisante pour obtenir la régularisation des différents circuits métaboliques qui sont régis par des enzymes engagés  pendant le stockage et le transfert du ion considéré. Il s’ensuit que le même élément peut avoir le rôle de facteur commun à un certain nombre de fonctions autant diverses que les différents corps chimiques qui leur servent d’exposants. Ce traitement est ensuite adressé à chaque symptomatologie susceptible d’être connecté à un dysfonctionnement métabolique, à un état de diathèse, ou à un syndrome de pré-ou post-lésions réversibles, et il constitue par conséquent la fonction thérapeutique par excellence. 

OLIGOL FORMES DE PRÉPARATION 

Surtout le Oligol sont préparés sous la forme de gluconates, parce que ce dérivé organique présente le maximum d’avantages: 

•dissociation ionique facile, 

•absence de l’effet irritant et toxique, 

•une parfaite stabilité au fil dans le temps, 

•facile intégration dans le cycle métabolique normal, 

•isotonique, 

•goût agréable. 

L’administration et l’utilisation d’un élément métallique pose des problèmes complexes pour le choix du dérivé désiré. 

Même si l’activité des oligo-éléments ne dépend seulement de ce choix, cela c’est un des facteurs les plus importants de leur activité. 

En solution sous la forme de sels de métalliques, les oligo-éléments ont en fait une activité variable très selon le radical acide.

Détails

Thérapie oligo-catalytique  Il y a 20 produits.

par page
Résultats 1 - 12 sur 20.
Résultats 1 - 12 sur 20.